J’ai regardé pour vous : L’Écume des jours [avant-première]

Capture d’écran 2013-04-23 à 20.42.24
  L’ÉCUME DES JOURS

Réalisé par : Michel Gondry – sortie en salles mercredi 24 avril

Avec : Audrey Tautou, Omar Sy, Romain Duris, Gad Elmaleh, Alain Chabat, Charlotte Le Bon, Aïssa Maïga

 

Synopsis :
L’histoire surréaliste et poétique d’un jeune homme idéaliste et inventif, Colin, qui rencontre Chloé, une jeune femme semblant être l’incarnation d’un blues de Duke Ellington. Leur mariage idyllique tourne à l’amertume quand Chloé tombe malade d’un nénuphar qui grandit dans son poumon. Colin se ruine pour payer les traitements de Chloé, pendant qu’autour d’eux leur appartement se dégrade et que leur groupe d’amis, dont le talentueux Nicolas, et Chick, fanatique du philosophe Jean-Sol Partre, se délite.

Capture d’écran 2013-04-23 à 20.39.22

« Ce qui m’intéresse, ce n’est pas le bonheur de tous les hommes, c’est le bonheur de chacun. » Boris Vian, L’Écume des jours.

[Tu as lu le roman L’Écume des jours]

Je vous en parlais déjà ici : c’est avec une grande hâte que j’ai découvert l’adaptation sur grand écran, du roman intemporel et cher à mon coeur de Boris Vian. Ce dernier n’a commencé à écrire qu’à l’âge de 23 ans (rien n’est donc perdu, je peux encore devenir écrivain à succès :D) et nous a offert la belle idylle naissante de Colin & Chloé ébranlée par la maladie de celle-ci victime d’un nénuphar qui lui endommage le poumon (mais vous le savez déjà, vous avez lu le roman).
Je n’ai vu aucun long-métrage de Michel Gondry mais son témoignage m’a beaucoup parlé sur sa vision de la réalisation : « Or, ce roman-là, L’Écume des jours, montre qu’il est possible de faire quelque chose qui fait appel à l’imagination sans être complètement obscur. C’est une lecture qui m’a libéré : mon imagination, ma créativité s’en sont trouvées renforcées. Avec Vian, et d’autres évidemment aussi, j’ai développé mon style. »

C’est l’époque de la découverte du Jazz : nous sommes bercés par Duke Ellington mais aussi par le travail à la chaîne qui tue à petit feu et l’adoration ridicule sans limites du peuple pour les « stars » (via Chick pour Jean-Sol Partre).
On retrouve la fameuse même scène d’ouverture – Les citations sont tapées sur les nombreuses machines à écrire de l’usine – Les travailleuses pianotent à l’unisson les pages du roman sur une mélodie animée. Et cette musique est omniprésente : Chick joue un morceau sur le pianocktail puis Chloé invente une chanson éponyme pour Colin et enfn, la retranscription en morceau de jazz des battements du coeur de Chloé lors de sa radio viennent le confirmer.
On retrouve avec plaisir toutes ces inventions plus loufoques les unes que les autres mais qu’on adore:

  • Le Pianocktail
  • Le Scarabée dring
  • Le Rubikskagenda
  • Le Quatreplatine
  • Le Fusil à fleur
  • Le Périscopami
    Notez que j’ai appris hier soir que ces inventions avaient fait l’objet de brevets déposés.
  • Le biglemoi
  • Le langage soutenu de Nicolas
  • L’anguille dans le tuyau
  • La limousine transparente
  • La quantité infinie de fleurs pour soigner Chloé
  • La patinoire tenu par un pigeon

Ce que j’ai trouvé le plus marquant en termes de décors : la maison de Colin qui, au fur et à mesure, se recouvre d’un voile opaque et d’une crasse envahissante, elle s’écroule et s’affaisse, la lumière ne parvient même plus à entrer – elle est foutue, comme le destin de Colin et Chloé.

Capture d’écran 2013-04-23 à 20.39.38Capture d’écran 2013-04-23 à 20.39.47

En revanche, je ne comprends pas comment certains peuvent dire  que le film manque de sentiments, d’émotions : c’est juste parce-que vous n’avez pas pleuré à la fin ?
Michel Gondry a parfaitement rendu justice à la mélancolie, l’absurde et l’attendrissement du roman, la poésie mais aussi la noirceur de « L’Ecume des jours » sont bien au rendez-vous.

Ma note : 9/10

[Tu n’as pas lu le roman L’Écume des jours] >>> Il n’est jamais trop tard 😉 / Autrement, je ne pense honnêtement pas que l’on puisse en apprécier l’adaptation ciné de Michel Gondry.

Nous avons eu la chance de pouvoir découvrir L’Écume des jours en avant-première grâce à L’institut national de la propriété industrielle : www.inpi.fr – Quelques photos de cette soirée magique à la Halle Freyssinet :

IMG_1968
IMG_1967
IMG_1966

 

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *